Bibliographie à l'usage des auteurs de polars

Conscients qu’il n’y a pas de bons romans sans documentation digne de ce nom, et que l’écriture est un art difficile dont la science ne tombe pas du ciel – n’en déplaise à certains –, nous n’avons pas peur, aux Éditions de Londres, de conseiller ici à nos futurs auteurs les livres d’autres éditeurs.

Cette liste est appelée à évoluer constamment ; n’hésitez donc pas à venir consulter cette page régulièrement.

TECHNIQUE DE L’ÉCRITURE

HOUDART Olivier, PRIOUL Sylvie. La Ponctuation ou l’art d’accommoder les textes. Paris : Seuil, 2006, 200 pages.

Points, virgules, tirets, et tous les autres. Ces petits signes de rien du tout, souvent malmenés, voire oubliés, aident pourtant énormément à la compréhension d’un texte. Ce petit ouvrage plein d’humour se lit très facilement et permet de repartir sur de bonnes bases. Petite confidence en passant : nous avons un faible pour les récits bien ponctués.

SCOTT CARD Orson. Personnages et Point de vue. Paris : Bragelonne, 2008, 351 pages.

Le sujet qui donne son titre au livre est ici remarquablement abordé, et on comprend qu’il est beaucoup plus vaste et important qu’il n’y paraît au premier abord. Aucune formule magique qui va vous guider tout au long de l’écriture de votre prochain best-seller, mais des petits trucs pour s’améliorer et comprendre ses erreurs. Un peu difficile à trouver en français, les lecteurs que la langue de Shakespeare ne rebute pas pourront le trouver sans difficulté en version originale.

TRUBY John. Anatomie du scénario. Paris : Nouveau Monde, 2010, 462 pages.

Ne vous laissez pas abuser par son titre, ce livre ne s’adresse pas uniquement aux scénaristes de télévision ou de cinéma. Nous serions d’ailleurs tentés de dire que l’auteur de littérature oublie trop souvent qu’il doit être avant tout un scénariste – et c’est peut-être plus particulièrement vrai dans les genres. Si cet ouvrage se présente sous la forme d’une méthode « à l’américaine » qui peut en déstabiliser certains, il s’agit aussi d’un véritable traité sur la narration, qui vous emmènera de l’idée à l’histoire « organique », i.e dont chacune des composantes semblent indissociables et faire partie d’un tout. Libre à chacun, quand les techniques sont maîtrisées, d’enfreindre les règles énoncées… Après tout, c’est peut-être cela le talent ?

ELMORE Leonard. Elmore Leonard’s 10 rules of writing. New York : William Morrow, 2007, 96 pages.

Ce petit livre, lu en une quinzaine de minutes, contient dix des plus importantes règles d’écriture. Notamment : « n’employez jamais d’autre verbe que “dire” pour vos dialogues », « N’utilisez jamais d’adverbe pour modifier ce verbe… » ou encore « Gardez vos points d’exclamation sous contrôle ». Si vous ne voulez pas dépenser quelques euros pour un livre aussi vite lu, ou que vous ne lisez pas l’anglais, de nombreux sites internet reprennent ces fameuses règles. Cela étant dit, rien que les illustrations valent le coup, et c’est un petit bouquin qu’on prend plaisir à relire souvent, tout au long de sa carrière d’auteur.

POLICE

BERTHOMET Stéphane, MAUDUIT Patrick. Connaître l’enquête policière. Paris : Victoires Éditions, 2006, 275 pages.

Une référence incontournable pour qui veut écrire des romans policiers « à la française » et ne pas commettre de gros impairs, comme le fameux mandat de perquisition ou l’inspecteur de police passé 1995. Impairs qui, à force, risquent de contrarier les personnes chargées de la sélection des manuscrits… D’une lecture facile, Connaître l’enquête policière est un bon point de départ pour une documentation sur la police.

DESFORGES Bénédicte. Flic : Chroniques de la police ordinaire. Paris : J’ai lu, 2007, 204 pages.

Bénédicte Desforges est un lieutenant de police qu’on a « gentiment » poussée vers la sortie. Trop grande gueule, trop « idéaliste ». Voilà qui donne le ton général, sans que le livre verse dans le règlement de compte. Son titre ne ment pas : il s’agit bien d’une compilation d’historiettes tirées du quotidien d’un policier ordinaire. Policier ordinaire, mais histoires extraordinaires. Les auteurs de polars qui y trouveront donc matière à imaginer des situations et des personnages crédibles, mais hauts en couleur.

CRIMINOLOGIE

PICCA Georges. Que sais-je ? Le Criminologie. 7e édition. Paris : PUF, 2007, 127 pages.

Petit ouvrage de la fameuse collection, qui définit davantage la criminologie et son histoire qu’il n’en évoque la « pratique » au quotidien par les forces de l’ordre. La lecture de cet essai peut néanmoins amener à une réflexion sur le crime en général, et ainsi permettre d’étoffer le fond de certaines histoires.

TUEURS EN SÉRIE

BOURGOIN Stéphane. Serial Killers : enquête sur les tueurs en série. Paris : Grasset, 2006, 503 pages.

Si vous ne devez acheter qu’un livre sur les tueurs en série, c’est celui-ci. Très complet, qui s’enrichit au fil des éditions, reconnu mondialement comme une référence, il n’y a rien à redire. La personnalité et l’histoire de Stéphane Bourgoin (victime indirecte d’un serial killer dans sa jeunesse) permettent de remettre les choses en perspective, et d’éviter autant que possible de verser dans le voyeurisme morbide.

VRONSKY Peter. Femmes Serial Killers : Pourquoi les femmes tuent ?. Paris : Balland, 2009, 478 pages.

À notre connaissance, le seul livre sur les femmes tueuses en série. Il faut dire que le phénomène est plus masculin, du moins jusqu’à aujourd’hui. Intéressant, mais sans atteindre la qualité de l’ouvrage, certes plus généraliste, de Stéphane Bourgoin. À lire éventuellement en complément de ce dernier.