« Insoumission » par Olivier Chapuis

Couverture de « Insoumission »

Quatrième de couverture :  Dans un grand shaker, versez généreusement jalousie, profit, infidélité, chantage, prostitution, déception, addiction et tromperie. Remuez férocement. Dégustez de préférence au bar clandestin d’un hôtel de luxe.

Ainsi pourrait s’écrire la recette de ce roman résolument noir, où Olivier Chapuis met son style élégant et chirurgical au service de personnages tous plus ambivalents les uns que les autres.

ISBN : 978-1-910628-24-9

Nombre de pages : 176

Langue : Français

Prix : 4,99 €

Lire la préface

> Lire un extrait

Acheter :

Visuel Immatériel Visuel Amazon Visuel iBookStore Visuel ePagine Visuel Kobo Visuel Fnac.com Visuel Bookeen Visuel Feedbooks

Morceaux choisis :

« Yeux vides et gonflés. Lèvres gercées, pincées. Visages d’une pâleur osseuse. Les six femmes avançaient en silence, les unes derrière les autres, telles des poupées mécaniques. Leurs talons griffaient le trottoir. Poings serrés, ongles plantés dans les paumes. Une des femmes trébucha, tomba à genoux. Ses cheveux sales dans la figure. Une main d’homme lui enserra le bras. Grimace de douleur. L’homme la releva sèchement. Aussi molle qu’un pantin, elle se laissa mener sur quelques mètres puis, la musculature soudain tendue, elle se libéra d’un mouvement d’épaule avant de s’enfuir.

Au hasard.

Le hasard ne mène pas loin.

Les autres femmes ne bronchèrent pas. Elles se contentèrent de regarder deux des quatre hommes qui les escortaient se lancer à la poursuite de la fugitive. Bruit sourd des chaussures contre le sol. Jurons. Talons qui glissent, dérapent. Corps désarticulé en mouvements aléatoires. La femme poussa un cri aigu puis s’écroula sous le poids des deux brutes. Pommette tuméfiée, stalactite de morve accrochée à une narine. Résignée, elle réintégra le groupe. « On se bouge les fesses », gronda un grand musculeux vêtu d’un tee-shirt imprimé Nike. »

Olivier Chapuis, Insoumission