« Jacques l'étripeur » par Cécile Benoist

Couverture de « Jacques l'Étripeur »

Quatrième de couverture :  Le jour, Jacques est boucher dans un beau quartier de Toulouse, où il taille des steaks pour les rombières argentées. Le soir, il rentre chez lui dans la cité des Izards, où il mange végétarien en catimini. Eh oui, car la bidoche, il n’en peut plus : l’odeur, le touché, la vue ; cela l’obsède et le dégoûte. Jusqu’au jour où il tombe sur un documentaire à la télé qui va changer sa vie, et lui redonner l’envie de la barbaque.

Jacques l’étripeur est une nouvelle de la série « Jacques l’Éventreur », pour laquelle les auteurs doivent librement s’inspirer de l’histoire de Jack l’Éventreur en situant leur histoire en France.

ISBN : 978-1-909782-46-4

Nombre de pages : 31

Langue : Français

Prix : 1,99 €

Lire la préface

> Lire un extrait > Mini-site

> À propos du texte et de l’auteure

Lire l’interview de Cécile Benoist

Acheter :

Visuel Immatériel Visuel Amazon Visuel iBookStore Visuel ePagine Visuel Kobo Visuel Fnac.com Visuel Bookeen Visuel Feedbooks

Morceaux choisis :

« À mesure qu’il descend les marches, il sent la fureur monter en lui. Fuck la barbaque ! C’est fini, il n’y retournera plus. Aux oubliettes “le beau métier de tradition que vous faites on n’en fait plus des comme vous” assené à longueur de journée par les rombières du centre-ville faussement admiratives. Il traverse les allées désertes qui se faufilent entre les immeubles délabrés. Terminé son surnom à la con, “Jacques l’Étripeur” rend son tablier et ne vous salue pas. »

Cécile Benoist, Jacques l’étripeur

Chroniques & critiques :

« Une nouvelle où l’atmosphère pesante va aller crescendo, portée par une écriture pointue, incisive, des phrases qui font mouche et une intrigue qui se tient. »

Cassiopée sur Un Polar-Collectif – lire la chronique complète

« J’aime bien le style de l’auteur qui allie la tchatche toulousaine, l’ambiance de la ville, une description intime et psychologique du personnage très intéressante. Une nouvelle noire bien menée dans laquelle elle parvient à égratigner les médias, et les mentalités de certains profitant d’un fait divers pour effectuer des sauts en arrière. Cela vous le découvrirez en lisant ce récit. »

Natalia Arribas sur Dzahell – lire la chronique complète