« Nièce de sang » par Marie Laurent

Couverture de « Nièce de sang »

Quatrième de couverture : Margot se morfond dans sa tombe depuis vingt ans. Il ne lui reste même plus la peau sur les os. Les discussions avec son père, qui loge à côté, sont rares, surtout au regard de l’éternité. Pourtant, un beau jour, il lui annonce qu’il est en mesure de la renvoyer dans le monde des vivants, pour vivre la vie qu’elle n’a pas vécu – pas eu le temps, elle est partie jeune. C’est dans la peau de la meilleure amie de sa nièce qu’elle va pouvoir expérimenter une seconde adolescence, une seconde existence : l’occasion de faire de nouvelles expériences, de réparer des erreurs et d’en faire, peut-être, d’autres.
Nièce de sang mixe avec talent roman noir et fantastique, bouleverse nos repères et nous interroge finalement sur les grandes questions de la vie.

Nièce de sang est un roman de la série « Enquête d’imaginaire », pour laquelle les auteurs doivent imaginer des textes mélangeant un genre relevant habituellement de la collection (Policier, Polar, Noir, Thriller, Espionnage) et l’un des genres de la littérature de l’imaginaire (Science-Fiction, Fantastique, Fantasy).

ISBN : 978-1-909782-93-8

Nombre de pages : 216

Langue : Français

Prix : 4,99 €

Lire la préface

> Lire un extrait

> À propos du texte et de l’auteure

> Lire l’interview de Marie Laurent

Acheter :

Visuel Immatériel Visuel Amazon Visuel iBookStore Visuel ePagine Visuel Kobo Visuel Fnac.com Visuel Bookeen Visuel Feedbooks

Chroniques & critiques :

« Tout d’abord, je peux vous dire que ce livre a été une bonne surprise. [...] Pour résumer, j’ai trouvé que c’était un livre prenant où l’auteur s’efforce de dénouer les nombreuses forces à l’oeuvre dans la tête des adolescentes en quête d’identité. »

JeLis sur NousLisons.fr – lire la chronique complète

« [...] Je me suis souvent demandé ce qu’aurait été ma vie si, par exemple, je n’avais pas eu de maladie génétique, si j’avais eu une famille unie au lieu d’éclatée, si j’avais connu mon père, si j’avais été plus sociable, moins bonne à l’école… avec des si, on refait le monde, et dans ce roman, on le refait littéralement, avec Margot dont on suit l’évolution. C’est ce qui m’a conduite à dévorer ce roman. [...] C’est un roman qui soulève beaucoup de questions et que j’ai beaucoup aimé lire. [...] On ne voit vraiment pas les pages défiler, et pourtant je n’ai pas l’habitude de lire des e-books aussi vite. »

BleunwennDeCornouailles sur GingersLoveYourSouls – lire la chronique complète

Morceaux choisis :

« Une année de bonheur sans faille, enfin, presque. Elle me fait penser au vase de Chine de la mère Manoughian avec sa fêlure à peine décelable à l’œil nu. L’objet était posé sur le buffet de la salle à manger de notre ancien logement. Rien à voir avec le hideux bahut Renaissance espagnole des Targe. Jeannine, autrefois si fière de ce meuble, ne sait même plus qu’il existe. Elle navigue dans son monde sans mémoire et appelle son fils Monsieur. »

Marie Laurent, Nièce de sang