Rencontre avec Marie Laurent

Rencontre avec Marie Laurent

Marie Laurent a publié Nièce de sang en 2014 aux Éditions de Londres, dans la collection « East End » (série « Enquête d’imaginaire »).

Voir la fiche du livre

Acheter

Tes précédentes publications ont pour point commun d’être teintées de romance. Or, même s’il est question de sentiments dans Nièce de sang, c’est avant tout un roman noir fantastique. N’as-tu pas l’impression de faire le grand écart ?

Mes précédentes publications teintées de romance résultent d’un appel à textes pour une collection sentimentale, auquel j’ai répondu en 2010 en envoyant un manuscrit de jeunesse, remanié. Du coup, j’ai abandonné mon roman en cours, de l’anticipation assez noire avec une composante sentimentale : la suite de La race des Séniors, paru en 2009. Cette même année, j’avais écrit Nièce de sang, modifié en 2010, surtout au niveau de la fin.

Ma période « fantastique » a connu un vrai développement à partir de 2007, date de ma découverte de lœuvre de HP Lovecraft, dont jai transposé deux textes (sans beaucoup de réussite !). De nombreuses nouvelles sont nées à cette époque. Certaines ont été publiées en collectif, dautres dans un recueil Dérangements ordinaires. Curieusement, deux des nouvelles de ce recueil ont servi de base à un roman : Ensorcelante Margarita et La mouche d’Éléonore. Toutes deux alliant fantastique et romance, je n’ai pas l’impression d’avoir vraiment fait le grand écart.  

J’écris dans la postface que Nièce de sang incite à s’interroger sur les erreurs que nous faisons au cours de notre vie, et sur leur inéluctabilité. Était-ce ton idée de départ ou un simple « dommage » collatéral ?

Au départ, Nièce de sang était une nouvelle inspirée de faits réels. J’ai préféré lui donner une teinture fantastique plutôt que de retranscrire fidèlement la réalité. En bref : Margot a existé, mais elle n’est jamais sortie de sa tombe pour tourmenter sa nièce. Le court récit a très vite pris de l’ampleur et s’est transformé en roman. Le côté « fatum » s’est imposé de lui-même, au fur et à mesure que j’écrivais. D’ailleurs, celle qui a servi de modèle à mon héroïne a été victime d’un enchaînement d’événements malheureux. 

Tu fais revivre à ton personnage principal une deuxième adolescence : pourquoi avoir choisi cet âge ingrat, voire douloureux, plutôt qu’un autre ?

J’ai choisi cet âge parce que les véritables protagonistes de cette histoire étaient des ados, tout bêtement. Peut-être aussi parce que mon adolescence n’a pas été facile à vivre. Je tiens beaucoup de Margot, même si mon but premier n’était pas de me mettre en scène ; mais je tiens aussi de Mélanie. Finalement, je n’ai pas écrit ce roman par hasard.  

Nièce de sang est-il un « écart de conduite » ou penses -tu revenir à des récits plus noirs à l’avenir ?

Nièce de sang n’est pas un écart de conduite. Je médite des histoires bien noires, dont une uchronie et une novella « fondamentaliste » : de l’anticipation à faire dresser les cheveux sur la tête. J’avais aussi un projet de polar romantique dont j’ai rédigé le synopsis détaillé. Et il y a encore cette fameuse suite en attente (NDLE : cf première question).

À propos de genre, que penses-tu du mélange de ceux-ci ? En as-tu été consciente pendant l’écriture de Nièce de sang ? 

Non, je n’avais pas conscience du mélange des genres en lécrivant ; cela me semblait tout naturel de marier polar, thriller et fantastique. Comme j’ai trouvé naturel de mêler historique, thriller, fantastique et romance dans Ensorcelante Margarita, par exemple. Je déteste par-dessus tout le formatage, les cases, les classifications.

Par contre, trouver un éditeur pour un roman atypique nest pas une promenade de santé… 

Aucune réponse à “Rencontre avec Marie Laurent”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nièce de sang, de Marie Laurent | Gingers love your souls - […] pouvez trouver une interview de Marie Laurent sur le site des Éditions de Londres, ici-même ! Marie Laurent est …

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>