Rencontre avec Marie Laurent...

Marie Laurent a publié Nièce de sang en 2014 aux Éditions de Londres, dans la collection « East End » (série « Enquête d’imaginaire »). > Voir la fiche du livre > Acheter Tes précédentes publications ont pour point commun d’être teintées de romance. Or, même s’il est question de sentiments dans Nièce de sang, c’est avant tout un roman noir fantastique. N’as-tu pas l’impression de faire le grand écart ? Mes précédentes publications teintées de romance résultent d’un appel à textes pour une collection sentimentale, auquel j’ai répondu en 2010 en envoyant un manuscrit de jeunesse, remanié. Du coup, j’ai abandonné mon roman en cours, de l’anticipation assez noire avec une composante sentimentale : la suite de La race des Séniors, paru en 2009. Cette même année, j’avais écrit Nièce de sang, modifié en 2010, surtout au niveau de la fin. Ma période « fantastique » a connu un vrai développement à partir de 2007, date de ma découverte de l’œuvre de HP Lovecraft, dont j’ai transposé deux textes (sans beaucoup de réussite !). De nombreuses nouvelles sont nées à cette époque. Certaines ont été publiées en collectif, d’autres dans un recueil Dérangements ordinaires. Curieusement, deux des nouvelles de ce recueil ont servi de base à un roman : Ensorcelante Margarita et La mouche d’Éléonore. Toutes deux alliant fantastique et romance, je n’ai pas l’impression d’avoir vraiment fait le grand écart.   J’écris dans la postface que Nièce de sang incite à s’interroger sur les erreurs que nous faisons au cours de notre vie, et sur leur inéluctabilité. Était-ce ton idée de départ ou un simple « dommage » collatéral ? Au départ, Nièce de sang était une nouvelle inspirée de faits réels. J’ai préféré lui donner une teinture fantastique plutôt que de retranscrire fidèlement la réalité. En bref : Margot a existé, mais elle n’est jamais sortie de sa tombe pour tourmenter sa nièce. Le court récit a très vite pris de l’ampleur et s’est transformé en roman. Le...

« Nièce de sang » par Marie Laurent – À propos du texte et de l’auteure...

Nièce de sang est un roman noir fantastique de Marie Laurent publié en 2014 par Les Éditions de Londres dans la collection « East End ». > Voir la fiche du livre > Acheter À propos du texte et de l’auteure Dans Nièce de sang, le mélange des genres n’est pas gratuit : l’apport du fantastique permet des questionnements impossibles sans cela. Le thème de la résurrection, employé dans un roman noir tel que nous le concevons aux Éditions de Londres, est riche d’idées. Lorsque la jeune adulte Margot Manoughian renaît vingt ans après sa mort, dans le corps d’une adolescente bien différente de la personne qu’elle était, les interrogations fusent : si nous pouvions revenir en arrière, serions-nous condamnés à refaire les mêmes erreurs ? En ferions-nous de nouvelles ? En ferions-nous plus ou moins que les autres ? En corriger certaines en entraîneraient-elles forcément de nouvelles par ricochet  ? Par ailleurs, à quel point le corps qui nous est donné détermine-t-il ce que nous sommes  ? Même question concernant la famille dans laquelle nous naissons  ? Suffit-il d’avoir de la volonté et un peu de jugeote pour se sortir d’un environnement social défavorable  ? Un cerveau d’adulte dans un corps jeune peut-il (re) faire une crise d’adolescence  ? On est en effet étonné qu’une si légère translation – renaître dans la peau de l’amie de sa nièce – puisse engendrer des changements si importants. Pourtant, il est difficile de prendre en défaut le réalisme de ce roman, une fois remisé l’aspect fantastique. Celui-ci est principalement utilisé pour mettre en place la situation de départ, mais il n’en est guère plus fait usage par la suite, et certainement pas pour introduire un quelconque deus ex machina – la tentation aurait pu être grande d’y recourir. Quoi qu’il en soit, avant d’être un roman de genre, Nièce de sang est une histoire...