« Haïku » par Éric Calatraba – À propos du texte et de l’auteur...

Haïku est un roman policier d’Éric Calatraba publiée en 2015 par Les Éditions de Londres dans la collection « East End ». > Voir la fiche du livre > Acheter À propos du texte Haïku est le premier roman d’Éric Calatraba, bien que le deuxième publié par Les Éditions de Londres, après Ghostfather. Il s’agit en effet d’une réédition numérique d’un ouvrage précédemment diffusé en ebook chez l’un de nos confrères – mais déjà édité par notre responsable de collection ! – et toujours disponible en papier auprès de Sudarènes Éditions. Cette nouvelle édition a fait l’objet de quelques corrections supplémentaires : on ne finit jamais de mettre le dernier coup de pinceau à un livre. Ghostfather est un roman noir, mais Haïku est un polar, dans les règles de l’art, oserons-nous dire. Les personnages, bien que souvent héroïques, parviennent à éviter l’écueil du manichéisme. L’action se déroule à 100 à l’heure, grâce aux courses-poursuites à moto bien sûr, mais aussi à l’astucieuse structure du récit. Cependant, si l’on ne devait garder qu’une qualité à ce roman, ce serait qu’il réussit à nous faire voyager comme peu d’autres, que ce soit à travers le monde, ou des univers qui ne nous sont généralement pas familiers. Au final, on tourne la dernière page et l’on se rend compte qu’on ne s’est pas ennuyé une seule seconde et que l’on a appris quelque chose. C’est la marque des bons romans populaires. À propos de l’auteur Éric Calatraba est enseignant spécialisé. La musique fait partie de ses outils pédagogiques, mais c’est surtout pour lui une deuxième passion après l’écriture. Le cœur partagé entre la Haute-Savoie et le sud de la France, Éric regarde droit devant lui et travaille déjà à son prochain roman, la suite des aventures de son premier héros, Raphaël...

Appel à textes « Enquête d'imaginaire »...

La SFFF (Science-Fiction, Fantastique, Fantasy) et le PPNTE (Policier, Polar, Noir, Thriller, Espionnage – acronyme que nous venons d’inventer et qui est libre de droits – voir aussi la préface de Fragments) ont pour point commun d’appartenir aux littératures de genre. Et ce n’est pas rien : cela développe au moins une certaine solidarité entre lecteurs/auteurs/éditeurs. Pourtant, peu ont essayé ou réussi à mélanger les genres. Faut-il être Isaac Asimov (Cycle de David Starr, sous le nom de Paul French) pour oser le pari ? Ou dans une « moindre mesure » – Asimov étant un monument –, Glen Cook (Garrett Détective Privé) ? Nous ne croyons pas, et nous faisons le pari que vous pouvez nous surprendre ! Les contraintes thématiques sont simples : mélanger un sous-genre de la SFFF à l’un de ceux relevant habituellement de la collection (pour rappel : Policier, Polar, Noir, Thriller, Espionnage). Les manuscrits devront compter au moins 7 000 mots. Pas de date limite de remise, car nos appels à textes sont désormais permanents. L’envoi se fait via la page de soumission habituelle en indiquant [En quête] dans le sujet du mail. Les manuscrits retenus dans le cadre de cet appel à textes feront l’objet d’une publication numérique individuelle, du moins dans un premier...

« Ciel d'orage et soupe d'orties » par Gabrielle Massat – À propos du texte et de l’auteure...

Ciel d’orage et soupe d’orties est une nouvelle policière de Gabrielle Massat publiée en 2013 par Les Éditions de Londres dans la collection « East End ». > Voir la fiche du livre > Acheter À propos du texte et de l’auteure On pourrait croire que votre serviteur, sympathique responsable de la collection « East End », reçoit beaucoup de manuscrits de romans policiers. Il n’en est rien. Considérons par exemple les nouvelles soumises à ce jour dans le cadre de notre appel à textes « Jacques l’Éventreur » : seules 10 % retournent de ce sous-genre. Il semblerait bien que ces dernières années, le thriller et le roman noir aient pris le pas sur le policier dans les collections comme la nôtre. Et lorsque l’on reçoit un roman policier, le genre est souvent mal maîtrisé : inspiration marquée par les années 50, documentation très approximative, clichés à gogo. Voilà pourquoi de battre mon cœur s’est pratiquement arrêté en lisant Ciel d’orage et soupe d’orties. Un titre qui fleure bon San Antonio, mais qui cache un texte d’un classicisme modernisé. Une intrigue « simple », mais efficace et intelligemment construite – des indices sont discrètement disséminés tout au long du récit. Des personnages qui font le pied de nez aux clichés les plus éculés. Une ambiance résolument rock ’n’ roll. Les références à Jack l’Éventreur sont là, évidentes, mais légères et comme utilisées à l’opposé de ce qui est attendu. L’éventreur de Ciel d’orage et soupe d’orties protège les prostitués, et a le sommeil agité quand il a failli à son devoir. Lorsqu’il franchit les frontières de la légalité, c’est paradoxalement pour la justice. Ce vent de fraîcheur est apporté par une jeune auteure née en 1991, Gabrielle Massat. Ses études de kinésithérapie, bien éloignées des Lettres souvent préférées par les écrivains, lui permettent sans doute un recul...

Appel à textes « Jacques l'Éventreur »...

Pour célébrer la création de « East End », nous avons eu l’idée d’un appel à texte un peu particulier, inspiré des origines franco-anglaises de la collection – les Éditions de Londres sont bien basées en Angleterre, mais Jean-Basile Boutak opère depuis son Auvergne profonde (pour ceux qui en doutent, oui, c’est bien en France). Les contraintes sont au nombre de deux : nous vous demandons de vous inspirer (très librement) de l’histoire de Jack L’Éventreur, et de situer l’action sur le territoire Français. Nous insistons sur le « très librement ». En clair, cela veut dire que vous n’avez aucune obligation d’être fidèle à l’histoire originale, que vous n’êtes pas obligé d’écrire l’histoire d’un assassin qui s’en prend à des prostitués, vous n’êtes même pas obligés d’incorporer des meurtres à votre histoire… Soyez peut-être davantage dans l’évocation que dans l’imprégnation. Faites preuve de subtilité. Que le lien avec Jack soit là, mais que nous soyons surpris par votre histoire. Les textes devront compter au moins 7000 mots. Pas de date limite de remise, car nos appels à textes sont permanents. La remise des manuscrits se fait via la page de soumission habituelle, en indiquant [Jacques] dans le sujet du mail. Les manuscrits retenus dans le cadre de cet appel à textes feront l’objet d’une parution numérique individuelle, en tout cas dans un premier...

La première pierre est posée...

Les Éditions de Londres sont très heureuses de vous présenter le site internet de leur première collection de genre, « East End », consacrée aux polars et aux romans noirs. Pour notre maison numérique pas tout à fait comme les autres, c’est une nouvelle étape de l’aventure, commencée en 2011. Après la publication de classiques gratuits, puis payants ; après l’édition d’inédits « hors collection » ; ce n’est que la suite logique d’une démarche que nous voulons sereine et passionnée. Ce site s’étoffera avec le temps, au fil de nos publications notamment, mais nous espérons que vous y trouverez d’ores et déjà toutes les informations pratiques. Vous vous demandez pourquoi « East End » ? La réponse est sur la page « Présentation ». Vous y découvrirez également nos influences et verrez déjà se dessiner notre ligne éditoriale. Amis auteurs, plusieurs pages vous sont particulièrement destinées. La page « Bibliographie à l’usage des auteurs de polars » contient une liste d’ouvrages de documentation pouvant vous être utiles pour l’écriture de votre prochain texte. Sur la page « Appels à textes », nous levons le voile sur le genre de récits que nous aimerions recevoir dans notre boîte mail. Et sur la page « Soumettre un manuscrit », nous détaillons les prérequis à votre envoi, et dévoilons l’adresse magique. Pour finir, nous vous invitons tous à nous rejoindre sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter. Avec ce site, c’est le meilleur moyen de se tenir au courant de notre actualité. Et Dieu sait que nous sommes impatients de vous faire découvrir la...